CLEM LETRUSKO crée ses effigies avec des matériaux de récupération, vestiges de notre société actuelle. Ouvert à tous les publics, son "travail" se situe entre archéologie urbaine et anthropologie sociale. Pour réaliser ses masques, il arpente les rues du 20e à la recherche d'objets délaissés de toutes les cultures de l’« ethnie Ménilmontant ».

Clem Letrusko, à la manière des étrusques, crée ainsi des échanges des cultures et des matières : rien ne se jette, tout est sujet à transformation. Un bon exemple d’éco-création responsable.

En outre, les artefacts glanés deviennent le reflet d’une réalité sociale du quartier, d’où l’artisanat traditionnel disparaît peu à peu ; on trouvera de ce fait dans ses sculptures les témoins fantômes du vieux Belleville : outils de menuisiers, de couturiers et autres.L’imaginaire de l’artiste leur redonne une nouvelle identité en créant des visages aux expressions et textures uniques.

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram